TABULA RASA

Le forum pour parler de nos jeux, scénarios, et campagnes.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 AdC - Campagne : "Terreur sur l'Orient Express" (1)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
magnamagister
Grand Seigneur de la Galaxie Rôliste !
Grand Seigneur de la Galaxie Rôliste !
avatar

Messages : 2736
Date d'inscription : 16/12/2009
Age : 40
Localisation : Châlons en Champagne, sur sa chaire pas loin du tableau

MessageSujet: AdC - Campagne : "Terreur sur l'Orient Express" (1)    Mer 21 Mai - 12:50

Londres : "Danseurs dans le brouillard nocturne" - "Le Train de la Mort"

_________________
Comment ça je suis un méchant MJ ? Bien sûr ! J'en suis fier même ! Et en plus vous me payez pour cela !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thraxassiliareth
Bêtisier vivant
Bêtisier vivant
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 06/12/2012
Age : 38

MessageSujet: Re: AdC - Campagne : "Terreur sur l'Orient Express" (1)    Dim 7 Déc - 20:21

Extrait du journal de Walter Portman

Boston, 19 novembre 1922
Un nouveau cadavre a été repêché dans le port. Il est mort de deux balles et correspond à la description de notre voleur…

Un autre article m’apprend que le cadavre était en partie dépecé.

Je décide de rentrer à Scarborough. Il me reste à attendre que les documents soient remplis pour les objets égyptiens. Nous convenons de nous retrouver pour le réveillon de la Saint Sylvestre avec les personnes rencontrées chez feu Lord Hamstead. La fête aura lieu à Londres.

Scarborough, 12 décembre 1922
Je suis invité par le professeur Smith à une conférence qu’il donne à Londres le 3 janvier prochain dans le cadre de la Fondation Challenger.

Londres, 1er janvier 1923
Hier soir, Ce soir, je suis invité à l’ouverture de la collection Maudslay au British Museum. Y seront exposés des objets d’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud, notamment des sculptures mayas. J’ai reçu l’invitation du Professeur Smith. Je profite de cette soirée pour faire un peu de réclame pour mon whisky et mes biscuits. Niles sera mon représentant de commerce.

Au cours de la soirée, j’ai retrouvé les personnes qui se trouvaient chez les Hamstead à Boston. Il y avait aussi un russe, Vladimir Rostov. Il s’est présenté en tant que fournisseur d’objets d’art. Il était accompagné de sa sœur, Natalia, une religieuse orthodoxe. Le professeur Smith nous a présentés à Alfred P. Maudslay, le grand explorateur qui a rassemblé toutes les pièces de la collection.
J’ai pu passer un peu de temps à observer les divers objets : des sculptures de félins, certainement des jaguars ; des photos de ruines ; des moulures de scènes sacrificielles. Toute la collection montre l’importance du sacrifice dans la civilisation maya, notamment l’importance du sang.
J’en ai profité aussi pour visiter à nouveau la section égyptienne : j’ai pu y admirer de nombreux objets d’Egypte du Sud.

Nous avons dîné tous ensemble au Black Sheep Head Club sur l’invitation du professeur Smith.

Londres, 2 janvier 1923
J’ai passé ma journée à la chasse dans la campagne anglaise. Je ne suis rentré à Londres que le soir pour dîner et jouer à l’Oriental Club. Le professeur m’a parrainé pour entrer dans ce club de gentlemen.

Londres, 3 janvier 1923
La conférence du professeur Smith sur les phénomènes paranormaux a eu un franc succès. Elle était vivante et intéressante quoiqu’un peu déconcertante, surtout vis-à-vis des fantômes. Devant mes questions sur ce sujet, le professeur m’a d’ailleurs appris qu’il y a un fantôme dans la demeure familiale des Portman. Il va falloir que j’y retourne. Je n’y ai pas mis les pieds depuis que mes parents ont disparu.

L’événement étrange de la soirée fut l’apparition parmi les convives d’un homme de type sémite, vêtu d’un costume gris avec une cravate rouge rayée. L’individu s’est enfui quand il s’est rendu compte qu’il était repéré. Malheureusement, il y a eu une chute dans l’escalier et il s’est échappé. Miss Wentworth s’est blessé assez gravement à la cheville. Le professeur l’a identifié : il s’agirait de Mehmet Makriat, l’antiquaire turc. Antiquaire, ou plutôt recéleur.

Le professeur nous a raconté que la dernière rencontre avec Makriat avait pour but l’expertise d’un manuscrit écrit par un homme fou, Sedefkar. Il s’agit d’un illuminé religieux musulman, membre fondateur d’une secte pratiquant la torture sur les chrétiens : Les Frères de la Chair. Le manuscrit est écrit en langue turque mais avec des caractères arabes. Le professeur a estimé son origine au douzième ou treizième siècle.

Mehmet Makriat possède une boutique au 3 Brophylane à Londres dans le quartier d’Islington.

Je suis maintenant dans ma voiture en compagnie de Niles. Nous surveillons la maison du professeur Smith. Après l’épisode Makriat, il s’est senti mal et a préféré rentrer chez lui.
Je viens de voir des flashes lumineux, je vais voir ce que c’est.

Londres, 4 janvier 1923
En allant voir de plus près les flashes lumineux, nous sommes tombés nez-à-nez avec Beddows, pistolet à la main, prêt à défendre son maître. Nous nous sommes assuré que le professeur ne courait aucun danger puis nous avons tous veillé dans la cuisine. Le professeur nous a rejoints pour prendre le petit déjeuner. Niles et moi avons ensuite pris congé, non sans avoir suggéré au professeur de se mettre à l’abri pendant quelques temps. Je lui ai proposé de venir chez moi. Il a accepté, mais il doit d’abord expédier quelques affaires courantes.

Pendant le petit déjeuner, le professeur m’a confié d’autres informations. Makriat lui avait demandé d’expertiser une statue à partir d’une photo. Il s’agit d’une statue maléfique certainement préhistorique d’origine assez floue : sumérienne, mésopotamienne ?
Quand le professeur a demandé à voir la vraie statue, Makriat a dit que c’était impossible.

Avant d’aller dormir, j’ai engagé un détective privé pour surveiller et protéger le professeur.

14h, je me réveille… La nuit a été rude. Je vais appeler Vladimir Rostov pour organiser une rencontre avec les autres pour les tenir informés des nouvelles informations. Je les attendrai à l’Oriental Club.

Je n’ai pas de nouvelles du détective. A l’Oriental Club, le personnel m’a assuré que le professeur n’est pas venu aujourd’hui alors qu’il avait dit qu’il passerait. J’ai envoyé Niles à Saint John’s Wood pour vérifier que tout allait bien.
La très sympathique Miss Wentworth est venue au Club. Nous avons à peine eu le temps d’échanger que nos amis russes sont arrivés avec l’aliéniste. Ces derniers ont découvert des informations sur le Culte de la Chair : cette secte avait pratiqué des tortures pendant les croisades.

J’étais assez inquiet du manque de nouvelles de Niles, du détective et du professeur. J’ai donc poussé les autres à retourner à Saint John’s Wood. Bien nous en a pris : la maison du professeur était en flammes. Niles et Beddows étaient de l’autre côté de la rue, avec le professeur. Alors que Beddows a eu les mains brûlées, le professeur a été quant à lui gravement brûlé sur tout le corps. Nous avons conduit le professeur chez un médecin pour le soigner discrètement.
Niles nous a dit qu’il avait cru voir trois individus s’enfuir. Tous les trois ressemblant à Makriat.

Une fois le professeur soigné du mieux possible, il nous a demandé de nous rassembler pour nous faire des révélations. Il nous a conviés à sa conférence pour tester notre réaction et notre capacité à aborder des sujets paranormaux. Au vu de notre implication, il s’est décidé à nous demander de poursuivre son œuvre… et celle de mes parents !
Il était pris dans une course pour détruire une statue maléfique, celle de la photo. Ou plutôt la vraie statue, car celle de la photo n’est qu’une reproduction faite à partir d’une gravure tirée d’un vieux manuscrit. La véritable statue a été démantelée à la fin du dix-huitième siècle.
Pour pouvoir détruire la statue, appelée l’Ecorché ou encore le Simulacre de Sedefkar, il faut rassembler les six pièces et les emporter dans un endroit précis et y accomplir un rituel.
Les ennemis du professeur, les Frères de la Chair, des turcs, utiliseraient des substances permettant d’activer le feu : c’est grâce à cela que l’incendie a pris aussi rapidement dans la maison du professeur.
Il existe des pistes pour retrouver les différentes parties de la statue :
 Paris : la ville où la statue a été démontée. Le dernier propriétaire connu : le Comte Fenalik
 Venise : là où les soldats napoléoniens ont trouvé la statue
 Trieste : Johann Winkelmann
 Royaume des serbes et des croates : Milovan Todorovic, conservateur du musée de Belgrade
 Sofia : morceau enterré après les guerres bulgares en 1875 ?
 Paris : un autre morceau en provenance de Milan. Propriétaire inconnu.
En ce qui concerne le lieu dans lequel la statue doit être détruite, il s’agit d’Istanbul, dans la Mosquée Désertée.
Il nous faudra aussi le Parchemin de Sedefkar.

Avant de laisser le professeur aux bons soins du docteur, Beddows me confie une sacoche contenant 1000 £, pour financer l’expédition.

Londres, 5 janvier 1923
J’ai reçu un télégramme de Beddows. Le professeur est sous bonne garde. J’ai reçu en même temps une enveloppe non timbrée contenant le journal personnel du professeur Smith.

Le journal du matin relate l’incendie de la maison de Saint John’s Wood. Malheureusement, Beddows y apparaît comme un criminel. Mais j’ai trop peur de le mettre en danger en allant le voir. Je pense qu’il est à l’abri et qu’il saura se débrouiller.

Dans l’article on parle aussi de trois personnes retrouvées mortes dans une chambre d’hôtel : ces trois hommes de type sémite, habillés de gris et d’une cravate rouge avaient tous la même identité : Mehmet Makriat.

Nous nous sommes tous donné rendez-vous chez les amis de Miss Wentworth. Des gens fort sympathiques qui nous ont invités à dîner.
Nous avons repris notre enquête en nous rendant à la boutique de Makriat. Herr Kruger a mis la main sur un livre de comptes comportant une entrée étrange : un train électrique Brightson fait sur mesure, acheté à la succession de Randolph Alexis et revendu à Mr. Henry Stanley de Stokenewington pour 1 £.
Nous nous sommes ensuite rendus chez Mr. Butler de l’association des ferrovipathes. L’homme s’est fermé quand l’aliéniste a parlé de Randolph Alexis et nous a gentiment reconduits à la porte. Une filature a tourné court et nous sommes ensuite allés chez Mr. Stanley. A notre arrivée, la police était déjà sur place. Miss Wentworth est allée se renseigner auprès de la voisine tandis que M. Rostov passait par la cave à charbon.

Il semble que le fameux train électrique ait été emporté par la police et aurait été la cause de l’étrange disparition de Mr. Stanley.

Nous sommes ensuite allés dîner chez Lord et Lady Adare et avons passé une bonne soirée. Lord Adare possède un bon whisky. Il faudra que je lui apporte une caisse de ma distillerie.

Londres, 6 janvier 1923
Je me suis souvenu des brûlures étranges du professeur Smith. Dans le journal du professeur, j’ai lu des cas de combustion spontanée. J’en ai parlé avec l’aliéniste pour savoir s’il pouvait s’agir du même genre de phénomène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
AdC - Campagne : "Terreur sur l'Orient Express" (1)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petit tour en train (Nouvel Orient Express)
» L'ORIENT-EXPRESS
» Le consortium Western-Union/Soge-Express surpris en flagrant délit.
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TABULA RASA :: Contemporain Fantastique :: L'Appel de Cthulhu-
Sauter vers: