TABULA RASA

Le forum pour parler de nos jeux, scénarios, et campagnes.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Jeu de rôle : bon ou mauvais ? Et autres querelles ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
magnamagister
Grand Seigneur de la Galaxie Rôliste !
Grand Seigneur de la Galaxie Rôliste !
avatar

Messages : 2848
Date d'inscription : 16/12/2009
Age : 40
Localisation : Châlons en Champagne, sur sa chaire pas loin du tableau

MessageSujet: Jeu de rôle : bon ou mauvais ? Et autres querelles ...   Mer 29 Mai - 23:03

A l'heure où l'on peut suivre les polémiques entre le jeu de rôle dit "classique" (avec un tyran derrière l'écran) et sa Némésis le jeu de rôle narrativiste (avec des tyrans narcissiques tout autour de la table), à l'heure où les critiques sont critiqués à leur tour et où les querelles de clocher entre forum, podcast dédiés au jeu de rôle semblent faire partie du paysage, sur fond de méchants éditeurs vénaux (qui sont toujours en retard, comme le Lapin Blanc dans Alice ...) et d'auteurs obligés d'avoir un véritable emploi pour survivre, c'est dans ce contexte que je lance un topic, après un long silence (pour cause de "rien à dire" sauf derrière un écran), sur ce qui fait qu'un jeu de rôle peut être considéré comme "bon", ou "mauvais".

Comme il était dit dans le Casus Belli de l'antiquité (n°58 de 89, ça rajeunit personne), "un jeu n'est ni bon, ni mauvais, on a envie d'y jouer, ou pas ...". Je partirai donc de cette citation pour étayer mon propos.
Pourquoi je me lance dans un tel débat ? Parce qu'il est éminemment subjectif, et que vous avez sûrement, aussi sûrement que vous préférez la tarte aux fraises ou la tarte aux pommes (moi c'est la tarte au citron), le Big Mac ou le Whopper (je suis végétarien ...), les blondes ou les brunes (je préfère les rousses), les chats ou les chiens (moi je préfère les chinchillas ...), vous avez un avis.
Pour ma part, c'est simple, tout dépend du MJ. Même le jeu que l'on pourrait considérer comme le plus pourri du monde (monde incohérent et système de jeu cul-de-jatte) a sa chance entre les mains d'un MJ qui saura le sublimer. C'est comme à Masterchef, on vous donne un bête légume pas épluché et moche, vous en faites un plat gastronomique. Et bien c'est pareil avec le JDR, et n'importe quel JDR !
Je me suis posé cette question car j'ai récemment remis à l'honneur un jeu, que l'on peut considérer (même de mon point de vue très tolérant) très moyen (que certains ont collé dans la catégorie "pourri" et à fuir depuis belle lurette), je veux parler d'Eleckasë. un jeu de rôle français des années 90, un clone (même pas rétro !) contemporain d'AD&D et de Stormbringer servi par des illustrations parfois pas terribles, et par un système éprouvé, et souvent éprouvant. Tout cela on le sait, on sait lire (enfin à peu près ...), on a des yeux, on les utilise comme vous. Ce jeu ne mérite pas la Palme d'Or, même si l'actrice principale a les cheveux bleus ...
Mais pourtant, malgré tous ces écueils, Eleckasë fut sûrement l'un des jeux où j'ai eu en tant que joueur (et ce fut assez rare pour être noté) les expériences de JDR les plus exceptionnelles ! Et tout cela grâce à qui ? Au MJ. Il a su faire d'un jeu imparfait un jeu où nous avons joué pendant des années, avec passions et assiduité (j'ai monté trois persos et commencé la mythique campagne que proposaient les suppléments). Et à l'époque (j'ai acheté toute la gamme et lu le jeu plusieurs fois depuis pour le maîtriser), je n'avais pas vu à quel point il avait fait l'impasse sur de nombreuses imperfections, tant au niveau de l'univers que du système de jeu. Il a sublimé un bête navet en un pot au feu de Roi.
Pourquoi je vous parle de tout cela ? Parce que ça illustre bien ce qui se passe depuis la nuit des temps. Les premiers JDR (et je suis bien placé pour le dire je les collectionne et les ai lus enfin feuilletés pour certains ...) étaient abominables de laideur, de lourdeur, avec des mise en page étouffantes, des règles approximatives car pas vraiment testées, froides et rigides comme la justice, des backgrounds incohérents, invraisemblables, insuffisants, caricaturaux ... Les adjectifs qualificatifs ne manquent pas. On est vraiment venu de loin quand on regarde la mythique boîte rouge de D&D ou le Player's Guide d'AD&D1 ... Et pourtant certains maîtres du jeu ont fait de la magie. Ils ont rassemblé des joueurs autour d'une table, et prenant en compte les attentes et les personnalités de ses joueurs, a su leur faire vivre des campagnes dignes de véritables légendes !
Voilà pourquoi on peut avoir un avis sur un jeu, quand on l'a lu en tant qu'oeuvre littéraire, et joué en tant que jeu. On peut l'aimé ou pas, on peut le dire, avec toute l'objectivité que l'on pourra s'inventer, mais on ne fera au mieux que décrire son expérience, toute personnelle. Je pourrais continuer la liste des jeux décriés pour lesquels j'ai un profond coup de coeur car j'ai su en tant que MJ en faire quelque chose d'unique : TORG, Vampire Masquerade (oui tout le monde n'aime pas Vampire je connais des réfractaires radicaux ...), Rêve de Dragon, Nephilim, Rolemaster, Les Chroniques des Féals, ...

Tout jeu a ses forces (illustrations superbes, mise en page soignée, système de jeu novateur, background original et bien écrit ...) et ses faiblesses (les mêmes mais à l'inverse ...), mais c'est le MJ, en premier lieu qui va être le VRP, l'interface entre le jeu et son public, les joueurs, qui eux vont réagir, et être transportés, émerveillés, et vont alimenter la machine à rêver ensemble qu'est le JDR. C'est par la volonté du MJ de faire partager quelque chose d'unique, quel que soit le jeu, que tout va commencer, en comptant sur la réactivité des joueurs. C'est de cette synergie, de cet équilibre instable, si dur à créer, et à maintenir, que vont naître les moments les plus mémorables de notre passion. Au final le jeu importe peu. Mais bon quand il est beau et bien écrit, c'est tout de même plus agréable. Quand c'est une oeuvre, un chef d'oeuvre, ça donne un peu plus envie, on en convient. Mais je connais aussi des jeux qui sont si bien conçu et écrit, beau et parfait (ou presque), que finalement les joueurs n'ont rien à faire dedans ...
Donc au final les débats, les critiques, les querelles de clocher entre partisan d'un jeu ou d'un autre, d'un style de jeu (classique ou narrativiste) ou d'un autre, n'ont pas lieu d'être. Chacun aime ou pas, chacun a ses goûts, mais rien ne remplacera pour moi le MJ, qui est à l'origine de l'histoire, et de la proposition d'un jeu plutôt qu'un autre, et qui donnera le meilleur de lui-même , et ce jeu quel que soit la qualité du jeu.

Vous l'aurez peut-être compris je ne suis pas un grand amateur des jeux à tendance narrativiste, et surtout de ceux qui le défendent à corps et à cri comme la tendance du moment, la mode incontournable que l'on doit aimer et partager, sinon on est pas mieux que de vieux dinosaures fascistes et obsolètes. Je ne le porte pas dans mon coeur déjà parce qu'ils tentent de me voler mon boulot, et mon plaisir de MJ à créer des histoires et à les partager, les faire vivre, et surtout mon sacro-saint pouvoir derrière l'écran, que je ne suis pas prêt de vouloir partager ! Non mais !... J'en ai lu des tas, des jeux narrativistes, j'en ai aimé beaucoup. J'ai apprécié leurs concepts originaux et neufs, leurs univers si particuliers, mais j'ai encore du mal à franchir le pas, car ces jeux ne sont pas dans ma culture de MJ, de rôliste. J'en reconnais l'intérêt et la qualité, mais ce n'ai pas les jeux que j'ai naturellement envie de proposer. Pourtant je sais que je m'y mettrais, parce que je reste curieux, intrigué, et ai envie d'expérience nouvelles. Mais je n'en fait pas tout un flan. C'est une évolution intéressante, mais je ne changerai pas de confession pour autant. Alors ça serait bien de sortir le drapeau blanc. Rétrogamers comme narrativistes, faites la paix. On joue dans le même camp, après tout.

Tout cela pour dire que, ce soit en tant que joueur ou encore plus en tant que MJ, laissez leurs chances aux jeux. Et une mauvaise expérience, tout comme une bonne, avec un jeu, est indissociable de son MJ, et des joueurs qu'il y avait à la table. Alors soyez indulgent, patient, et faites confiance à votre MJ. Il fait toujours de son mieux, et peut faire des miracles si vous le suivez. L'important c'est de jouer, de jouer ensemble, et ce quel que soit le jeu (même narrativiste) !

Le débat est lancé, et s'il vous plaît, laissez vos armes à l'entrée ...

_________________
Comment ça je suis un méchant MJ ? Bien sûr ! J'en suis fier même ! Et en plus vous me payez pour cela !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thraxassiliareth
Bêtisier vivant
Bêtisier vivant
avatar

Messages : 134
Date d'inscription : 06/12/2012
Age : 38

MessageSujet: Re: Jeu de rôle : bon ou mauvais ? Et autres querelles ...   Jeu 30 Mai - 20:27

Ainsi que l'imaginait Goscinny, je dépose mes armes aux pieds de César MJ: "Ouuuuuuaaaaaaiiie!"

Les armes, c'est fait.

Ca fait maintenant un bout de temps que je fais du jdr. Et je dois avouer que je n'ai pas joué à tant de jeux différents que cela. Peut-être une dizaine, pas beaucoup plus. Je ne suis donc pas très bien placé pour critiquer. J'ai dû participer à un bout de séance de jeu narratif.
En tant que MJ, le chiffre est encore bien moins élevé. Si j'ai choisi de maîtriser ces jdr, c'est principalement parce que j'aime l'univers ou l'ambiance dans lequel/laquelle on fait évoluer les personnages et parce que mes joueurs aussi s'y intéressaient. J'ai testé plusieurs systèmes de jeu. J'y ai trouvé des avantages et des inconvénients. J'ai eu de bonnes, voire très bonnes expériences, mais l'inverse est vrai aussi.

Comme j'ai décidé il y a un certain temps que je n'étais pas fait pour être MJ, je ne suis plus que joueur. En tant que tel, je n'accorde que très peu d'intérêt à un système de jeu. Sauf quand celui-ci devient trop compliqué. J'aime bien la simplicité. Pourquoi? Parce que je préfère me concentrer sur l'histoire et les aventures que sur la manière d'y arriver. Et quand le système est lourd, ça peut ruiner le plaisir de jouer. Mon plaisir en tout cas.

J'ai connu des MJ qui ne donnaient même pas les feuilles de personnage aux joueurs. Les obligeant ainsi à décrire leurs actions avec plus de précision, plus de réalisme, plus de vie. Bien sûr, ça en perturbe plus d'un, mais au final, ça libère l'esprit des caractéristiques et des pourcentages pour mieux se représenter les scènes et faire passer les émotions qui créent l'ambiance. Toute la partie "mécanique" est alors laissée à la discrétion du MJ. Evidemment, pour que ça se passe bien, il faut un MJ impartial et objectif.

En tant que MJ, j'ai critiqué un certain nombre de jeux. Tant sur le fond, que sur la forme. Puisqu'Alex, tu parles d'Eleckasë, je vais repartir sur celui-là. J'ai dû dire un truc du genre "un jdr écrit par un gamin de 5 ans, avec 3 fautes de français par mot, des dessins de ce même gamin et un système pourri". Oui, pour me faire maîtriser un jdr, il me faut de belles illustrations, des textes qui ne piquent pas les yeux et pas alambiqués et un système simple.
Eleckasë n'est pas le seul jdr qui m'a donné des boutons. Mais c'est le plus marquant.

En tant que joueur, je dirais que je m'en moque, tant que je m'amuse à jouer mon personnage.

Et puis ça dépend énormément du MJ. Le même jdr, maîtrisé par des personnes différentes ne rend pas pareil. J'ai pu apprécier des parties mémorables ainsi que regretter des parties chiantes pour un seul jdr.
J'ajoute que le MJ n'est pas le seul "en cause". La cohésion des joueurs importe beaucoup. Le nombre aussi. Trop de joueurs autour de la table n'est pas bon pour une bonne ambiance: on parle fort, on s'interrompt, on crie, on rigole. Mais au final on ne s'écoute pas. On ne s'entend pas. En plus, ça fatigue et donc ça a des conséquences sur le jeu.
Dans l'autre sens, pas assez de joueurs et le groupe peut manquer d'initiative, d'idées.
La taille du groupe pouvant varier d'un jeu à l'autre, d'une ambiance à l'autre, etc.

On peut aussi s'interroger sur les apartés. Personnellement j'ai utilisé cette technique en tant que MJ, et en tant que joueur. Je pense que c'est très bien, surtout quand on a affaire à des joueurs incapables de différencier ce que leur personnage sait de ce qu'ils savent eux. Et ça permet aussi de garder un petit coin de mystère sur son personnage. Sans aller jusqu'à se tirer dans les pattes, c'est toujours sympa, enfin je pense.
Là où je dis stop, c'est quand les joueurs font des apartés pour tout et n'importe quoi. Et surtout quand ça dure trop longtemps. Ca casse le rythme. L'aparté a autre chose de bon: il permet de faire jouer des groupes séparés dans le calme: pas de discussion parallèle perturbante etc.

Voilà. Tout ça pour dire que tel ou tel jdr, tel ou tel système, à mon avis, tout dépend surtout de ce que les joueurs et le MJ veulent en faire, et des techniques d'ambiance utilisées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
belial83
Elle couche avec le MJ !
Elle couche avec le MJ !
avatar

Messages : 571
Date d'inscription : 16/12/2009
Age : 34

MessageSujet: Re: Jeu de rôle : bon ou mauvais ? Et autres querelles ...   Ven 31 Mai - 15:16

Moi, je suis plutôt bon public (comme dirait mon mari). J'aime les jeux avec une histoire intéressante. Et je préfère les MJ qui font des descriptions des lieux et des personnages, qui racontent des histoires dans lesquelles le groupe peut trouver sa place.
Le MJ apporte le décor et l'histoire, et le groupe doit bien s'entendre et être coordonné pour mener à bien l'histoire et y prendre part. J'aime bien le système: le MJ gère l'univers et donne une base à l'histoire et les joueurs construisent cette histoire avec plus ou moins de difficultés. Ca donne une structure et empêche les joueurs de faire n'importe quoi. Le MJ fait office d'instigateur et d'arbitre.

D'ailleurs, le jeu qui m'aura peut-être le plus marqué,c'est Torg. J'ai adoré les parties qu'on a pu faire car on peut s'aventurer dans des univers différents et il est nécessaire que les joueurs agissent en groupe. En plus, notre but est quand même de sauver le monde ou plutôt les mondes, c'est pas rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jeu de rôle : bon ou mauvais ? Et autres querelles ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jeu de rôle : bon ou mauvais ? Et autres querelles ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sénateur Anacacis; entre l'échec et les mauvais choix du peuple haitien
» Entre éthique politique et mauvais tour de la communauté internationale
» [Nov.] Cauchemar ou mauvais rêve ? [n'importe quel garçon]
» Alerte!Reponse aux magouilleurs et mauvais perdants...
» Comme un mauvais rêve

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TABULA RASA :: Tout & n'importe quoi-
Sauter vers: