TABULA RASA

Le forum pour parler de nos jeux, scénarios, et campagnes.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Présentation des personnages de la campagne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
belial83
Elle couche avec le MJ !
Elle couche avec le MJ !
avatar

Messages : 543
Date d'inscription : 16/12/2009
Age : 33

MessageSujet: Présentation des personnages de la campagne   Dim 7 Mar - 23:45

Jessica Halley

Une artiste de 25 ans vivant seule dans un grand loft. Le mobilier est assez simple, des meubles récupérés dans diverses boutiques d’antiquités, et surtout un espace dédié à la seule chose qui me passionne et me permet d’exprimer mes sentiments : la peinture.
Ce ne sont pas des tableaux que vous pourrez admirer dans les galeries « hype » et branchées de San Francisco, la ville où je « vis » ou plutôt où je donne le change avec ce monde et survit parmi eux.
Mais bon, si vous voulez connaître un peu mon histoire avant aujourd’hui, je vais vous en faire part. Ma vie n’a rien de très intéressant, enfin pas jusqu’à aujourd’hui.

J’ai vécu les premières années de ma vie à New York, avec mes parents. Comme n’importe quel enfant, j’ai eu mon lot de bons et mauvais souvenirs. Ma mère était une personne douce et aimante qui s’occupait de moi comme toute bonne mère. Et mon père travaillait pour qu’on ne manque de rien, …sauf de sa présence avec nous.  Et puis un jour, ce petit quotidien se brisa lorsque ma mère mourut dans un accident de la route, à cause d’un chauffard ivre. J’avais 9 ans.
Par la suite, je me suis sentie très seule sans elle.  Mon père était plus qu’avant concentré sur son travail, oubliant presque qu’il avait une fille. Et moi, je refoulais mes sentiments aux yeux de tous. Je n’exprimais mes peines et mes douleurs que par la peinture. Je ne montrais mes œuvres à personne, pas même à mon père, qui s’en fichait pas mal de toute façon. Enfin, j’aurais préféré qu’il ne les voie pas, ça nous aurait évité une dispute. En fait il pensait que je me droguais ou quelque chose comme ça. Aujourd’hui je comprends qu’il ait pu penser ça.  J’étais une jeune fille de 16 ans, assez solitaire, sombre et pas très bavarde. Les vêtements noirs, la musique que j’écoutais et l’absence quasi-totale de relations sociales (les seuls amis que je fréquentais étaient des goths, pas très loquaces ni très joyeux) l’ont mené, assez justement je l’avoue à penser que j’avais des pensées suicidaires ou autodestructrices.
En fait, ce n’est pas du tout le cas, mais il découvrit mes peintures, qui représentent des paysages sinistres, morts et dans la mouvance cubistes, ainsi que des caricatures de personnes de mon entourage reflétant ma vision de leur caractère. D’ailleurs son portrait un peu fantomatique, due à son absence auprès de moi ne lui plu pas tellement. C’est pour cela qu’à la suite de cette révélation à mon sujet, il pensa judicieux de me priver de mes accessoires et instruments de peinture, ainsi que de mes œuvres, qu’il voulut détruire. A ce moment, j’eus l’impression de me voir disparaître avec mes toiles. Mon moi profond, mes sentiments cachés aux yeux de tous disparurent. Ma tentative de sauver mes œuvres ne plut pas à mon père. Nos relations les mois qui suivirent furent des plus inexistantes.
Puis, le jour de mes 18 ans, je fis mes valises, lui annonçant que je partais à San Francisco. J’avais rencontré un homme de 25 ans, un écrivain débutant qui partait tenter sa chance dans l’ouest du pays où il avait des contacts dans le monde de l’édition. C’était mon premier amour. Mon père me fit la morale, me mettant en garde contre les risques de la vie. Il essaya de me convaincre de finir mes études avant de me lancer. Ma réponse n’allant pas dans son sens, je finis par partir en claquant la porte. Je lui envoyais quelques nouvelles les premiers temps. Mais mon amant-artiste  n’était guère l’homme idéal, sa carrière n’avançait pas, ce qui le rendait d’humeur exécrable et brutale. Au bout de quelques mois, le rôle de souffre douleur commença à m’insupporter.  Un soir, il s’avança vers moi après m’avoir jetée à terre, son pied commença à écraser ma main, celle-là même qui me permettait de peindre et de m’exprimer. Je lui attrapai le pied, ce qui le fit tomber à terre et l’assomma. Je pris quelques vêtements et mes tableaux pour partir sans me retourner. Heureusement, mon amie Angela m’accueillit chez elle : un petit atelier de peintre également. Je m’y sentais comme chez moi, mais je ne voulais pas être un poids ni une gêne pour elle et sa créativité.
C’est ainsi que je m’installai quelques semaines plus tard dans mon loft. Je mis quelques mois à me sentir vraiment chez moi. Je passais mon temps libre à chiner dans les brocantes pour trouver des meubles de seconde main, que je rénovais selon mes goûts et mes envies. Mais le coin le plus important reste mon atelier de peinture. Les dépenses excessives n’étant pas dans ma nature, j’avais économisé plusieurs années l’argent de poche que mon père me donnait, il pensait que l’argent faisait le bonheur et compensait son manque d’attention à mon égard. Et puis, je trouvai assez facilement un travail de serveuse dans un petit bar de jazz, le « Jazz Box ». Ce travail me permettait d’avoir du temps libre pour peindre, et l’ambiance du lieu était assez tranquille. Je gardais les pourboires pour acheter de la peinture et des toiles.
A part ce petit train-train, je voyais mes quelques amis et connaissances dans un club, « Les Fleurs du Mal ». Ce sont des gens comme moi, en marge de la société. Il y a un poète, une artiste sculptrice, et Angela, la seule personne qui compte pour moi. Ses toiles, elles, représentent des paysages réalistes et vivants.
Mais cette vie tranquille et sans surprise allai radicalement changer, alors que le jour de mon 35ème anniversaire, Eve m’offrit une statuette : la représentation d’une Kora, jeune femme idéalisée déposée sur les tombes des défunts du temps des grecs anciens. Cette statuette m’intrigue et m’apparaît si vivante en rêve. Que représente-t-elle ? Que me veut-elle ?



Dernière édition par belial83 le Dim 29 Nov - 17:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thorgal_sc
Cyberpunker pur cambouis et fils qui se touchent !
Cyberpunker pur cambouis et fils qui se touchent !
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 24/11/2013
Age : 34
Localisation : Chalons en champagne

MessageSujet: Re: Présentation des personnages de la campagne   Lun 27 Jan - 23:45


Je décide par ce journal de consigner ma vie pour laisser une trace aux générations futures, en espérant que quelqu'un un jour s'y intéressera, enfin lorsque j'aurai réalisé de grandes choses.


Chapitre premier : Enfance

Je m'appelle Morgane, mes parents étaient propriétaires d'une boutique ésotérique. Les farfelus de la rue « », voilà comment on les appelaient. Je vous laisse donc deviner ce que fut ma vie, solitaire et atypique. Cela ne m'a pas gêné au début, enfin jusqu'à ce que je devienne le souffre douleur durant mes années d'école primaire. Je me suis renfermée sur moi-même et me suis concentrée sur mes cours. Fille des farfelus et première de ma classe... comment aurait pu-t-il en être autrement me direz vous ? J'avais quand même mon heure de gloire... le 31 octobre … pas besoin de déguisement, un foulard et quelques pampilles, j'étais la bohémienne (forcement à 7 ans connaître la plupart des légendes et savoir tirer les cartes, runes, et tous les trucs de ce style ça aide...).
En conclusion ça n'a pas été la période la plus heureuse de mon existence.

Chapitre Deuxième : Adolescence

Grand changement... le collège... Ah ben non en fait, rebelote, toujours autant d'amis et toujours aussi appréciée. Bon ben on continue sur la lancée de la réussite scolaire. Toujours aussi incollable sur l'ésotérisme avec cependant une nouveauté, maintenant j'aide mes parents au magasin et donc je me perfectionne en lisant et en discutant avec les clients. Je dévore aussi toutes es histoires fantastiques passionnantes... Pourquoi n'ai-je pas moi aussi reçu ma lettre pour mon inscription à Poudelard... parce que la magie n'existe pas... en fin pas tel que dans HP, la magie j'y crois bien sûr (la magie blanche... la magie noire (sur laquelle je suis renseignée, mais à laquelle je refuse de toucher de peur des conséquences), ainsi qu'aux esprits d'ailleurs, même si je n'ai pas encore de  preuves, j'ai lu assez de livres sur le sujet.
Un grand changement notoire cependant, mes parents bien que réfractaires à la technologie (je n'ai pas de télé depuis mon enfance) ont décidé qu'en fait l'informatique peut être pratique pour la gestion des stocks etc... et qui dit PC dit internet... autant de possibilités supplémentaires d'assouvir ma curiosité...

Chapitre Troisième : 2002 l'année du grand changement (réel ce coup ci...)

Je quitte ma vie de jeune fille et devient une femme. P....n j'étais vachement plus tranquille avant.
Bon ce n'est pas le changement le plus important... Poudelard ... (non je n'ai toujours pas reçu de lettre …). Par contre non seulement j'ai lu ceux qui sont sortis et surtout je les ai vus (les deux aussi...), le dernier retiendra mon attention … Je ne sais pas pourquoi (du moins je ne savais pas à ce moment là) mais j'ai, depuis que je l'ai vu, été obsédée par cette créature mythique le PHENIX. Bien sur je connaissais déjà, mais là le fait de le voir a éveillé en moi quelque chose et plus rien d'autre ne comptait jusqu'à ce que je comprenne que c'était mon Avatar.
A partir de là commence ma nouvelle vie... toujours solitaire, à qui pourrais-je parler de ce qui m'arrive sans passer pour plus folle qu'on me considère déjà? Jamais dans mes lectures je n'ai entendu parler de ce type de magie... je vais devoir  la découvrir à mon rythme mais bon je suis jeune...

Chapitre Quatrième : Un aide bienvenue dans cette période funeste

Bon j'avoue, c'est plus compliqué que ce que je pensais, même pour une jeune femme passionnée d'énigmes telle que moi.  J'ai beau chercher, aucun ouvrage ne peux m'aider, ou du moins je n'en ai pas trouvé... j'ai une vision du monde totalement différentes d'avant mais ça ne m'avance à rien. Dans ma folie, j'ai même préparé un nichoir pour mon phénix, un nichoir de luxe, avec un beau « cendrier » en dessous pour récupérer ses cendres en cas de combustion (faut me pardonner, je suis une ado rêveuse...). Peine perdue ...
Quelques années ont passé. J'ai maintenant mon diplôme en poche et je travaille à plein temps dans la boutique de mes parents. Si les choses ont changé par rapport à mon Avatar, je ne l'ai pas remarqué.
Un événement vint cependant tout bouleverser, le décès de mes parents dans un accident. J'ai donc repris le commerce familial. Emplie de tristesse je n'ai plus goût à rien. Mes recherches ne me passionnent même plus, je suis comme un zombie qui ne fait que travailler, manger et dormir. Heureusement un soir un bruit vint me sauver de cette monotonie, une oiseau est venu frapper à mon carreau (non c'est pas un phénix :-( ) mais un magnifique corbeau. Mon familier venait de me trouver.

Chapitre cinquième : ma nouvelle vie, ma vraie vie devrais-je dire

Maintenant tout a changé, en communication permanente avec mon familier, je découvre enfin la magie, avec précautions cependant, la discrétion reste mon maître mot. J'apprends entre autres à jouer avec les probabilités. Mon plus beau coup, la loterie nationale, une somme rondelette qui m'a permis de passer réellement à autre chose en faisant mon deuil, enfin. Finie la petite maison des parents, trop pleine de souvenirs et de nostalgie. J'ai trouvé au fil de mes recherches une belle maison style colonial, que j'ai eu la chance de ne pas payer trop cher, une mort bizarre dans une maison fait toujours baisser le prix, certains la disent même hantée (c'est ce qui m'a décidé, je n'ai pas peur des esprits). Nous déménageons donc mon ami à plumes et moi dans cette belle demeure pleines de surprises...

Chapitre sixième : la surprise justement!!!

Bon un peu de décoration à faire, tout ne me convient pas, mais je garde quand même la plupart des choses de façon à ne pas vivre dans une maison vide... et je dois avouer que le salon lecture me plaît, enfin l'aménagement, les ouvrages ne m'intéressent pas particulièrement, à part peut-être ce petit livre relié de cuir perdu dans ce trou (je suis tombé de dessus par hasard durant un peu de nettoyage). Il ne se constitue que de quelques pages qui me semblent former une sorte d'énigme. J'avoue que c'est celle qui jusqu'à maintenant m'a donné le plus de fil à retordre, même avec l'aide de mon familier, il m'a fallu plusieurs mois pour en venir à bout mais quelle ne fut pas ma surprise lorsqu'enfin j'ai trouvé la solution... Un ensemble de manipulations à faire qui me conduisirent à un passage dérobé au niveau de la cheminée … une Batcave? Non bien évidement, encore mieux. Je crois que j'ai failli avoir un arrêt cardiaque en voyant ça... il s'agit bien d'une cave, magnifique, avec ses voûtes gothiques, remplie d'un bon nombre d'ouvrages sur la Magie, la Vraie. Une mine d'or. Et cerise sur le gâteau, un cercle de protection pour pratiquer. Me voilà maintenant parée à conquérir le monde … non bien sûr ... mais prête à faire de grandes choses !

Chapitre suivant à venir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darktotor

avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 25

MessageSujet: Re: Présentation des personnages de la campagne   Mar 4 Fév - 2:37

Bonjour. Je suis Maxime Crawford.

Je suis né dans la ville tranquille de Minneapolis le 15 août 1997, deuxième fils de mes parents, un couple de restaurateurs qui tenaient (et tiennent toujours d'ailleurs) un petit restaurant familial, métier qui prend beaucoup de temps, ne leur en laissant pas beaucoup pour s'occuper de leurs enfants (trois aujourd'hui, j'ai eu une petite sœur entre-temps) pourtant, nous ne vivions pas bien loin, notre appartement était juste au-dessus de leur lieu de travail.

Au vu du peu de temps que mes parents avaient à consacrer à des occupations autres que leur restaurant, les enfants de notre famille étaient beaucoup livrer à eux-mêmes, et je dus vite devenir assez indépendant, cela ne me dérangeais pas spécialement car j'ai pu passer une bonne partie de ma jeunesse à me balader dans la maison, puis autour le pâté de maison, et même le quartier (puis dans la ville en général mais ça nous y reviendrons plus tard) !

Quant à ma seconde activité de l'époque (selon certains il s'agirait de la première, mais j'ai toujours réfuté ces affirmations), l'école, je ne peux pas dire que j'y étais à mon aise. Il y avait trop de contraintes, et puis je dois bien l'avouer je n'ai jamais vraiment trop su comment interagir avec les autres. Quant aux cours je dois avouer que même si j’arrivais plus ou moins à faire ce que l'on me demandait (ou faire illusion, cela dépend des points de vue) la combinaison d'un manque de talent et d'une absence de motivation ne m'a jamais vraiment permis de briller. La seule matière où j’aurais pu sortir du lot était le sport, mais malgré un vrai un don ma timidité naturelle m'a vite amené à quitter les terrains de sport sans me retourner.

Voyant que l'école n'était pas faite pour moi je décidais vite que je n'avais pas besoin d'assister à tous les cours, une petite pause de temps à autre ne pouvait pas faire de mal … et me donnerait plus de temps à consacrer à une activité bien plus intéressante : la découverte de la ville. Ces excursions n'étaient pas sans danger. Curieux de nature il m'arriva plus d'une fois de mettre mon nez dans des affaires qui n'étaient pas les miennes et dus de nombreuses fois utiliser mes poings ou mes jambes pour me sortir de situations délicates. Mon talent naturel pour la discrétion ne suffisait malheureusement pas toujours (souvent, mais pas toujours), et mon talent de serrurier acquis sur le tas n'était pas toujours apprécié à sa juste valeur (je ne volais rien pourtant la plupart du temps, j’explorais juste). Quant à ma capacité à convaincre mes détracteurs de ma bonne foi ... Eh bien ... comment dire, si un chercheur pouvait prouver qu'elle existe cela m'arrangerait bien. Même moi je ne me convainc que rarement. Ce fut d’ailleurs à cette époque que j'ai contracté mon antipathie pour les chiens, ces bestioles ayant la fâcheuse tendance d'aboyer au mauvais moment, en plus de celles bien connues de mordre et de courir vite.

C'est durant mes premiers jours d’école buissonnière que j'ai commencé à apercevoir de temps en temps un chat étrange qui allait et venait comme il le voulait (il ne s'agit bien sûr pas là d'un comportement étrange pour un chat). Le fait que je n'ai jamais bien su s'il existait vraiment ou non par contre ... Schrödinger, c'est son nom, j’allais bientôt le découvrir, n'était autre que mon Avatar, et j'ai découvert grâce à lui le sens profond de mon existence, et ma nature véritable, celle d'un mage ! Révélation certes surprenante. Jusqu'alors le paranormal me paraissait être quelque chose de totalement stupide, une activité pour des imbéciles trop faibles d'esprit pour accepter le monde tel qu'il est vraiment, ce que je ne pensais pas être. Mais elle permettait d'expliquer une ou deux choses, notamment le fait que personne ne semblait vraiment se rendre compte que je ne venais en cours qu'une fois de temps en temps, ou qu'un enfant de mon âge se promenait en ville quand j'aurais dû être en classe...

Bizarrement cette révélation ne changea pas tant que ça m'a vie. Certes il m'arrive de prendre un peu de temps pour m’entraîner à l'utilisation de mes pouvoirs, je n'ai d’ailleurs pas encore au jour d'aujourd'hui croisé un seul autre mage, même si je sais que je ne suis pas le seul. Je n'ai pas eu plus de chance avec les dragons, fées, vampires, loups-garous ou autres êtres surnaturels, si tant est qu'ils existent. Aujourd'hui encore je continue surtout à jongler entre les cours (un peu) où je reste toujours aussi transparent, et où je m’ennuie plus que jamais, et la rue (la plupart du temps) où je traîne sans véritable but. Je jette toujours des coups d’œil là où je ne devrais pas, causant de temps en temps quelques petits problèmes à des gens qui ne se souviendront de toute façon pas vraiment de moi, ou je me bats avec d'autres types qui ne se vengeront pas car ils ne sauront plus me reconnaître dès qu'ils m'auront perdu de vue.

Je dois bien l'avouer, je commence à atteindre les limites de mon intérêt pour mon style de vie actuelle et j’attends avec impatience de pouvoir quitter cette ville pour découvrir de nouveaux horizons, même si je sais que j'aurais sûrement plus de mauvaises surprises que l'inverse. Je suis à n'en pas douter la définition même du jeune con qui surestime grandement ses capacités, ou sous-estime celle du monde. Mais bon je suis comme ça, et on ne se refait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dokoï
Ingénieur pas très ingénieux ...
Ingénieur pas très ingénieux ...
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: Présentation des personnages de la campagne   Jeu 20 Fév - 18:12

Mike
Avatar
Cheveux : Courts, bruns
Couleur : Flamme
Yeux : bleus
Vêtements : Même veste, même montre
Taille : 1m82
Signe particulier : Même tatouage
Allure : Elancée

Vêtements : Jean, basket, veste de costume, montre

Signe particulier : Tatouage

[Dessin à venir]

Ce que je vais vous raconter ici n’est autre que ce qui m’a amené à ces récents événements.

  Je suis né un lundi 2 Février 1987 à la Nouvelle-Orléans dans l’état de Louisiane. Mon père était un alcoolique notoire et ma mère réputée putain. Je me rappelle du nombre d’hommes qui défilaient dans la chambre de ma mère alors que mon père était au « café du coin » comme il disait.
  Malgré tout cela, j’ai eu une enfance banale, j’allais à l’école comme chaque enfant et réussissait même plutôt bien. Seulement, l’absence de parents digne de ce nom m’empêchait de m’épanouir complètement. J’eus de mauvaise fréquentation très jeune, menait ma petite bande et fit les 400 coups. En même temps, qui ne l’aurait pas fait si ses parents ne lui posait pas de limite.

  Puis vint l’année de mes 15ans. Mon père, un jour, rentra complètement ivre et plus tôt que ma mère ne s’y était attendu. Celui-ci la surprit au lit avec un autre homme, un ami de mon père. Mon père pris sa carabine et ce fut le moment où je choisi de m’enfuir de chez moi. Ce qui se passa, je l’ai appris le lendemain dans les journaux, deux cadavres furent retrouvés dans mon ex chez-moi. Mon père, lui, fut arrêté. Je n’ai pas cherché à me renseigner sur ce qui lui arriva plus tard.

  Devant survivre malgré tout, je me mis à dealer, il fallait bien gagner sa vie. Je dus apprendre à me battre, à fuir quand il le fallait. Je devins malin comme un singe. Mais je n’étais qu’un petit dealer de coin de rue. Les combats avec les gangs rivaux s’intensifiaient, même si j’essayais toujours de rester en dehors de ceux-ci, parfois, je n’avais pas le choix.

  Puis vint ce jour, je m’en rappelle parfaitement, un brouillard épais flottait, je sortais d’une de ses nombreuses rixes avec un gang rival, encore une fois, j’avais presque tué un homme (il faut savoir que je n’ai jamais tué quelqu’un, mon code, puisque je m’en suis plus ou moins imposé un, me l’interdit). Le sang me coulait de l’arcade, mon bras faisait un angle que je n’avais jamais vu auparavant, je boitais à cause d’un coup de couteau à la hanche. Je m’effondrais dans une ruelle. Lorsque je me réveillais, une jeune demoiselle, blonde, comme on en voit que dans les films étaient près de moi, d’ailleurs, je n’étais plus dans la rue mais sur un lit, mes blessures étaient soignés, mon bras bloqué. Bien sûr, au début je n’y croyais pas, je pensais à un rêve. Je pris même peur mais cette demoiselle m’empêchât de partir. Et un je ne sais pas quoi me retint ici. Grâce à elle, j’arrêtais de revendre de la drogue, je commençais à revivre une vie normale. Il y avait comme une bulle lorsque j’étais près d’elle, le temps me paraissait différent, j’étais comme invisible, contrairement à ce que je pensais, les gangs ne me poursuivirent pas. J’étais tranquille.

  Mais le jour de mes 23ans, alors que je sortais de mon petit job, nous avions rendez-vous elle et moi sur l’un des ponts du lac Pontchartrain. Une journée ordinaire, un beau soleil, un peu frisquet vu la saison. Seulement, alors que j’arrivais, je la vis, souriante. Je m’approchais, elle me regarda droit dans les yeux, et se laissa tomber en arrière. Le temps me parut différent, je ne sais pas pourquoi, comme ralenti et accéléré à la fois. Malgré toutes les recherches que je pu faire, son corps demeura introuvable.

  Je décidai donc de partir de cette ville où je n’avais plus rien à faire, trop de souvenir difficile à vivre. Je m’en allai donc vers Détroit, je me mis à vivre dans ces immeubles délabrés dont j’avais entendu parler. Personne ne me dérangeait. Faute d’argent, et refusant de dealer (alors que je savais bien le faire) en souvenir de cette belle demoiselle, je me fis embaucher pour effectuer un vol (je vous épargnerai les péripéties qui m’y ont entrainé).
  Pour ce premier vol, la préparation était déjà faite, repérage, plan, je n’avais qu’à l’exécuter. J’eus un instant d’hésitation mais j’avais vraiment besoin d’argent. J’accomplis le plan et ramenait l’objet convoité. Je fus embauché ainsi pour une série de petits vols.
Seulement, lors d’un de ces  vols, je fus piégé, j’accomplissais ce qui était demandé mais un je ne sais quoi m’a gêné. Finalement, alors que je commettais l’acte, la police arriva sur place. Pris de panique, je ne savais pas quoi faire mais d’un coup, le temps se figea et un singe couleur flamme habillé de la même veste que moi et portant la même montre m’indiquât comment sortir, et ni une ni deux, je me suis enfui.
  Le temps figé. Je n’en revenais pas. Comment ai-je pu faire ça. Je le savais. C’était moi. Je me réfugiais donc dans mon immeuble et je compris à ce moment la que j’avais un don. Le premier pour le vol, le second, vous l’avez compris.

  Les années qui suivirent, je m’entrainais à maitriser ce « pouvoir », je fis d’autre vol et chaque fois que j’allais me faire coincer (très peu souvent, 2 fois pour être exact), je vis ce singe m’indiquant la montre et un chemin et je réussissais à m’en sortir
Et récemment, après avoir plus ou moins appris à maitriser mes dons, je décidais de revenir à la Nouvelle-Orléans.

Voici donc ce qui m’a amené aux récents événements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
magnamagister
Grand Seigneur de la Galaxie Rôliste !
Grand Seigneur de la Galaxie Rôliste !
avatar

Messages : 2772
Date d'inscription : 16/12/2009
Age : 40
Localisation : Châlons en Champagne, sur sa chaire pas loin du tableau

MessageSujet: Re: Présentation des personnages de la campagne   Sam 29 Mar - 14:29

Rebecca EVERSTONE

Je suis née le 27 octobre 1992, dans la ville de New-york. Enfant timide mais intelligente, je me faisait que peu d'amies à cause de la couleur de mes cheveux. Depuis cette époque j'aime la fête d'Halloween plus que tout, ne voulant jamais changer de type de costume, encore et toujours en sorcière.
Ma mère mourut lorsque j'ai eu 9 ans dans le naufrage d'un ferry. Mon père ne se remit jamais avec quelqu'un et m'éleva de mieux qu'il put. Ma mère était secrétaire médicale, et mon père est directeur d'un hôpital New-yorkais. Il était désespéré et amusé de me voir m’intéresser autant aux sorcières et aux spiritisme, mais mon admiration pour lui me poussa à vouloir devenir médecin et sauver le plus de vie possible.

Je suis dans ma deuxième année de médecine. Et cette année, le matin d'Halloween, je vis une fée verte dans mon miroir, elle me dit qu'elle était mon Avatar et que je devais lui trouver un nom. Sans trop y croire je lui donnai le nom d' « Absinthe » , j'appelai mon père en lui demandant le numéro pour voir un psy car je pensais faire un burn-out dû à la période intense d'examens qu'on venait de traverser. J'en parlai également à mes amies sorcières et elles confirmèrent les propos d'Absinthe, m'affirmant que j'étais une Mage et me faisait une démonstration de leur propre pouvoir. J'ai eu du mal à y croire malgré tout, et qu'est ces fils blancs que je vois à présent ?
Arriver à la cantine, j'essayai discrètement de bouger un verre mais il se brisa sans même que je le touche. Plus perplexe que jamais, je continuai ma journée de cours en pensant que tout ceci serais fini après les vacances. Au soir, après le rituel avec Abigail et Jessica, j’arrivai un peu en retard à la fête du campus, quand je vis débarquer plusieurs hommes vêtus de blancs et munis d'armes inconnues. Je me planqua derrière un arbre, Absinthe me poussa à me battre mais je refusai. Ces hommes furent repoussés par mes amies sorcières en quelques minutes. J'appris qu'un groupe de personnes appelé « technocrates » voulait la mort de tous les Mages. Sans même le savoir j’étais prise dans une grand guerre sans échappatoire, sans le vouloir, sans savoir pourquoi. Je devais en découvrir plus sur la Magie et les tenants et aboutissants de cette guerre, il faut absolument qu'elle cesse.
Aujourd'hui j'ai retrouvé d'autres mages en danger qui sont presque autant perdus que moi dans ce vaste monde désormais encore plus inconnu qu'avant.

_________________
Comment ça je suis un méchant MJ ? Bien sûr ! J'en suis fier même ! Et en plus vous me payez pour cela !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Présentation des personnages de la campagne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation des personnages de la campagne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation des personnages de la Campagne "La Paix des Cerisiers"
» Présentation des personnages de la campagne (groupe originel)
» Présentation des personnages spéciaux
» Présentation des personnages
» Recensement et présentation des personnages

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TABULA RASA :: World of Darkness :: Mage the Ascension-
Sauter vers: