TABULA RASA

Le forum pour parler de nos jeux, scénarios, et campagnes.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Scénario INS : "Je suis un Charlot"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
magnamagister
Grand Seigneur de la Galaxie Rôliste !
Grand Seigneur de la Galaxie Rôliste !
avatar

Messages : 2851
Date d'inscription : 16/12/2009
Age : 40
Localisation : Châlons en Champagne, sur sa chaire pas loin du tableau

MessageSujet: Scénario INS : "Je suis un Charlot"   Mar 24 Fév - 18:51

Un scénario In Nomine Satanis tout à fait d'actualité.

_________________
Comment ça je suis un méchant MJ ? Bien sûr ! J'en suis fier même ! Et en plus vous me payez pour cela !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dokoï
Ingénieur pas très ingénieux ...
Ingénieur pas très ingénieux ...
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 05/01/2013

MessageSujet: Re: Scénario INS : "Je suis un Charlot"   Mar 7 Avr - 1:02

Quel plaisir de pouvoir enfin être de nouveau sur Terre, je me suis habitué à mon corps et mes pouvoirs me sont accordés petit à petit. Ce sont d’ailleurs les pouvoirs que j’ai demandé qui se montrent les premiers. Mon maître doit y être pour quelque chose. Je l’en remercie grandement et suis là pour le servir.

Mais ce n’est pas lui le premier à me contacter, le 7 Janvier 2015 à 12h30 précise, alors que je regardais les informations sur BFM TV à propos de l’attentat dans les locaux de Charlie Hebdo, un employé de la poste sonne chez moi et me remet une lettre en recommandé. L’employé me parait bizarre, surtout lorsqu’une fois le reçu signé, celui-ci part à une vitesse ahurissante. La lettre contient une carte de vœux, ressemblant fortement à une carte d’anniversaire, avec des ballons et d’autres décorations inscrits dessus. Mais quelle ne fut pas ma frayeur lorsque j’ouvris celle-ci et qu’une musique digne d’un concert de Furfur en sortie. Les paroles de la musique répétant sans cesse « Vous avez un message ». Dans la carte était écrit une convocation officielle avec une heure et une adresse dans le XXème arrondissement de Paris. Je prends donc le taxi suite à cette convocation et me retrouve devant un bâtiment délabré et squatté par des pouilleux et des drogués. Mais au fond de ce squat se trouve un tapis rouge menant à une pièce fermée par un rideau rouge et indiquée par deux flèches lumineuses faites à partir d’ampoules.

J’entre dans la pièce et un homme déguisé en clown avec un haut de forme est assis à un bureau en train de lire le dernier numéro de Charlie Hebdo. Celui-ci porte un badge : « Je suis un Charlot ». Sur le bureau, un dentier mécanique est en train de sautiller partout. J’attends dans le calme que celui-ci m’adresse la parole. Mais avant cela, quatre autres personnes entre dans la pièce au fur et à mesure mais personne n’ose parler. Une fois la dernière arrivée, l’homme pose son journal et l’on peut voir qu’il n’a pas envie de rire. Il nous annonce qu’il n’est vraiment pas content car des petits malins se sont amusés à causer un attentat à Charlie Hebdo et qu’il veut que nous les retrouvions pour les tuer. Mais pas seulement, il faut que nous les tuions sans bavure afin que des familiers puissent s’incarner en eux afin qu’ils aient une mort absurde. De plus, il veut que nous apprenions qui est derrière tout ça. En sortant, Monsieur K (c’est ainsi qu’il s’est présenté, bien que je le soupçonne d’être le Prince Kobal) nous remet un badge « Je suis un Charlot ».
Vint ensuite les présentations, la première à se présenter est Ivana, une femme très bien habillée, enfin, selon la mode victorienne d’il y a plusieurs années (au moins 150ans) Je n’ai pas su dire sur le moment de quel prince elle est la servante. Le deuxième, Phil, est un très beau jeune homme, serviteur d’Andrealphus sans aucun doute. Puis, c’est au tour de cette brute, probablement un serviteur de Baal, il a dit s’appeler Jason. Enfin, la dernière personne est Jacqueline, une grosse dame fort sympathique servant le prince Beleth. Nous décidons donc de nous séparer pour récolter un maximum d’informations, Ivana et Jacqueline allèrent chercher des informations sur internet, Phil alla à BFM TV et Jason partit voir les jeunes des quartiers chauds. Pour ma part, je me suis dirigé à mon cabinet d’avocat voir si les frères Kouachi avait un dossier. Après plusieurs coups de téléphone, un ami, avocat commis d’office à Chérif Kouachi me donne des informations sur celui-ci, notamment l’adresse du beau-frère à Reims.
Nous nous retrouvons tous dans un café du XIème arrondissement, près de l’endroit où a eu lieu l’attentat. Arrivant dans le café, j’aperçois un jeune couple partageant une salade. Très mignon ma foi, je décide d’aller les voir et je dépose ma carte de visite sur leur table en leur disant qu’ils risquent d’en avoir besoin puis je vais m’assoir avec mes « collègues » et eux, reprennent leur roucoulade. Utilisant mes dons, je crée une discorde et les deux, après quelques forts échanges se quittent. Le jeune homme est au désespoir, ce qui ne me déplait pas. Nous partageons donc les informations que chacun à regroupés et nous décidons de rendre visite à Ahmed Kouachi à Reims. Je fais le trajet avec Jacqueline alors que Ivana, Jason et Philippe montent dans Boumbo, le camion-glace, familier de Ivana. Jacqueline a pour habitude de passer les enregistrements de ses séances avec ses patients pendant ses trajets, je la laisse faire.

Arrivés à Reims, nous nous retrouvons devant le Lycée Arago dans un quartier réputé chaud. Encore une fois, j’aperçois un couple en train de fumer devant le bâtiment et me décide à agir. Je m’approche donc du jeune homme en paraissant énervé et lui demande qui est cette salope avec qui il est, puis je le gifle et part en pleurant. Jacqueline joue le jeu et me réconforte pendant que la fille engueule son petit ami et le quitte en fureur après l’avoir giflé à nouveau.
Tous, excepté Ivana restée pour surveiller et vendre des glaces à l’aspect douteux (en forme de sexe et autre) , nous dirigeons vers l’immeuble où vit Ahmed Kouachi et un homme, nous apercevant part en courant. Lisant dans ses pensées, j’apprends qu’il nous prend pour des flics et qu’il va prévenir Jamal. Nous sonnons à l’appartement de M. Kouachi et Jacqueline dit « c’est moi ». La personne ne nous ouvre pas. Après avoir fait le même coup avec plusieurs personnes, on nous ouvre et un homme se présentant sous le nom de Jamal nous demande ce que nous faisons là. La brutasse l’assomme d’un coup de point mais un drôle de crac se fait entendre. Nous entrons en passant au dessus du corps et un jeune nous demande nos papiers. Encore une fois, nous pouvons entendre un crac de la part de la brutasse. Les autres jeunes s’enfuient mais j’arrive à en attraper un qui me supplie de ne pas le tuer. Je ne fais que lui demander l’appartement de Monsieur Kouachi et le laisse partir une fois qu’il nous a indiqué qu’il habite au troisième étage dans « l’appartement du fond ». Mais alors que l’ascenseur arrive, un homme en sort, pistolet à la hanche et pitbull en laisse. D’après les jeunes, il s’agit de Fat Bob qui entame un duel de regard avec Jason. Celui-ci détourne le regard et nous dit que c’est bon. Mais je trouve cela trop gentil et le traite de tapette non pas une mais au moins deux ou trois fois afin que celui-ci réagisse. Agacé, Fat Bob s’apprête à sortir son arme mais Jason lui fonce dessus. Pour ma part, je monte dans l’ascenseur et appuie sur le bouton du troisième étage. Les autres me suivent. Nous entendons au moment où les portes se referment un nouveau bruit sec signifiant la fin de Fat Bob et un joli « kiaï » de la part, je suppose, du chien. Arrivé en haut, Jason nous attend, il est bien plus rapide que je le pensais. On toque et environ 10 secondes après, Jason ouvre « délicatement » d’un coup de pied la porte et attrape la femme qui voulait s’enfuir. Je l’ai délicatement interrogée tout en la réconfortant et en disant que je peux aider messieurs Kouachi. En confiance, elle me confie une boite contenant des téléphones et des cartes SIM et que Ahmed est parti à Charleville-Mézières, probablement à la Ronde Couture ou à la Houillère, deux quartiers de Charleville. En partant, je lui ai dit qu’en effet, je n’étais pas la police, mais que j’étais pire et celle-ci s’est effondrée.
Au moment de sortir, Jason part en courant nous annonçant que la police est là. Nous restons dans le bâtiment jusqu’à ce que Boumbo passe nous récupérer. Pendant ce temps, Jason assomme l’un des policiers et coupe dans la hauteur le second. Ivana ouvre la fenêtre alors qu’une voiture de police vient nous barrer la route et lance de la glace de sa main. Boumbo se téléporte alors et Jacqueline et moi descendons en nous donnant rendez-vous, le groupe et nous, à Charleville. Jacqueline a choisi pour moi de me faire écouter ses patients sous le dossier « Violences Conjugales ». Nous nous arrêtons à Quick en passant et alors que Jacqueline prend un double menu, je me limite à une salade, de fort mauvais goût.

Durant le voyage, nous décidons de regarder les téléphones et nous arrivons à trouver les numéros des « Cousins Kouachi ».

Arrivés à Charleville, nous nous séparons en deux groupes, le premier, composé de Jacqueline et de Phil se dirige à la Ronde Couture et le second allant à la Houillère. Avec Ivana, nous interrogeons un vieux chasseur ardennais, FNiste et raciste qui après avoir trouvé bizarre l’accoutrement de Ivana, nous indique qu’une rumeur circule, disant qu’un Kouachi est dans la "partie du quartier détenu par les bicots". Nous retrouvons Jason resté dans le camion et nous dirigeons vers le coin indiqué. Nous réussissons à convaincre un jeune que nous pouvons aider son pote et celui-ci nous mène donc à la maison où est réfugié le jeune. Celui-ci, mécontent, insulte son pote mais nous réussissons à le convaincre de discuter avec nous. Il nous révèle que Ahmed est passé dans l’après-midi et qu’il passait régulièrement pour « convertir » de manière plus ou moins brutale les jeunes pour qu’ils partent s’entraîner en Syrie. De plus, Ahmed a l’intention d’aider Chérif et Saïd à quitter le pays par la Belgique. je conseille au jeune d’aller se rendre et de demander Maître Garrot comme avocat. Je lui conseille aussi de casser la gueule à son traître de pote.
En revenant du commissariat, je déchire une partie de mes vêtements et cours en pleurant vers les FNistes. Je leur dis que les jeunes arabes ont essayé de me violer. Le mensonge part et une expédition punitive de la part des hommes est lancée alors que les femmes me réconfortent. Puis, une fois « consolée », je leur dis que je préfère rentrer chez moi et rejoins le camion qui mattendait. Nous retrouvons Jacqueline et Phil et nous dirigeons vers l’Aisne où sont coincés les frères Kouachi. Je leur envoie un sms d’un portable de Ahmed en leur donnant rendez-vous à minuit à Flavy-le-Martel. Nous passons les barrages sans problèmes et nous rendons là-bas. Ivana repère la voiture et je me dirige "chaudement" vers eux. Pendant que je les distrais, Jason s’approche discrètement, ou plutôt, ce qui s’approche de la discrétion pour lui mais qui suffit. Il brise la nuque du premier mais le deuxième à le temps de me tirer une rafale de kalachnikov avant de se faire assommer. Son visage m’a parut ressembler à du bronze avant qu’il soit assommé. Jacqueline l’interroge au sein de ses cauchemars puis nous raconte qu’ils se sont fait alpaguer par trois anges. Le premier, le père Oscar, est un ange exorciste, vieux, avec une longue barbe blanche, une couronne de cheveux, un tailleur étriqué et un long manteau à la Colombo. Il portait un crucifix et une mallette. Le second, Eugène, possédait une grande épée et le troisième, frère Gérald, a pratiqué de la torture physique avec des méthodes datant du Moyen-âge. Il semble que les Anges aient remplacé l'esprit des deux "pauvres humains" par ceux de deux soldats de Dieu à l'issue d'un exorcisme musclé ce afin de perpétrer l'attentat de Charlie Hebdo, faisant ainsi accuser les intégristes islamistes.
Puis les deux "frères Kouachi" se réveillent, ou plutôt les familiers ayant pris leur place, mécontent quand ils s’aperçoivent que nous les entourons. Nous leur expliquons la situation ainsi que leur ordre de mission et ceux-ci se plaignent en disant qu’il y avait forcément eu un piège lorsqu’on leur a demandé s’il y avait des volontaires pour passer plus vite dans la file aux Enfers. Puis ils partent accomplir leur mission ...

Nous retrouvons donc Monsieur K, à Paris, pour lui faire notre rapport. Celui-ci est content de nous et nous indique de que les trois anges sont respectivement des serviteurs de Walter, Laurent et Joseph. Notre nouvel ordre de mission étant de les traquer et de les renvoyer de l’endroit d’où ils viennent. Puis vient un enchaînement de blagues pas drôles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
magnamagister
Grand Seigneur de la Galaxie Rôliste !
Grand Seigneur de la Galaxie Rôliste !
avatar

Messages : 2851
Date d'inscription : 16/12/2009
Age : 40
Localisation : Châlons en Champagne, sur sa chaire pas loin du tableau

MessageSujet: Re: Scénario INS : "Je suis un Charlot"   Mar 7 Avr - 8:24

Lu et approuvé ! Twisted Evil

_________________
Comment ça je suis un méchant MJ ? Bien sûr ! J'en suis fier même ! Et en plus vous me payez pour cela !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Scénario INS : "Je suis un Charlot"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Scénario INS : "Je suis un Charlot"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Noob, je suis un noooob!
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...
» Je suis folle. Et toi?
» Je suis démocrate !
» Lindsay River ♥« Je suis l'unique créatrice de mes Désirs »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TABULA RASA :: Contemporain Fantastique :: In Nomine Satanis / Magna Veritas-
Sauter vers: