TABULA RASA

Le forum pour parler de nos jeux, scénarios, et campagnes.
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez
 

 La Campagne "La Boca Del Diablo / N.O.M" - Nouvelle Ère (3a)

Aller en bas 
AuteurMessage
magnamagister
Grand Seigneur de la Galaxie Rôliste !
Grand Seigneur de la Galaxie Rôliste !
magnamagister

Messages : 3123
Date d'inscription : 16/12/2009
Age : 42
Localisation : Châlons en Champagne, sur sa chaire pas loin du tableau

La Campagne "La Boca Del Diablo / N.O.M" - Nouvelle Ère (3a) Empty
MessageSujet: La Campagne "La Boca Del Diablo / N.O.M" - Nouvelle Ère (3a)   La Campagne "La Boca Del Diablo / N.O.M" - Nouvelle Ère (3a) Icon_minitimeMer 17 Déc - 19:56

Un scénario construit à partir de la proposition de Seb au jeu concours du Vème anniversaire du Forum !

"Allez au Diable !"

_________________
Comment ça je suis un méchant MJ ? Bien sûr ! J'en suis fier même ! Et en plus vous me payez pour cela !
Revenir en haut Aller en bas
Thraxassiliareth
Bêtisier vivant
Bêtisier vivant
Thraxassiliareth

Messages : 133
Date d'inscription : 06/12/2012
Age : 40

La Campagne "La Boca Del Diablo / N.O.M" - Nouvelle Ère (3a) Empty
MessageSujet: Re: La Campagne "La Boca Del Diablo / N.O.M" - Nouvelle Ère (3a)   La Campagne "La Boca Del Diablo / N.O.M" - Nouvelle Ère (3a) Icon_minitimeDim 22 Mar - 15:51

Extrait du journal de LV

4 julius 1668, à bord de la Nymphe des Mers
Une fois remontés à bord, les prisonniers ont été questionnés. Je me suis occupée de Pandora, la jeune albinos de Castille, avec Colomba. Nous lui avons fait prendre un bain, habillée et nourrie. Nous l’avons ensuite laissée se reposer.
Pendant ce temps, les prisonniers ont défilé dans la cabine du Capitaine.
Le premier a été le géant eisenör. Il a immédiatement remercié le Capitaine de l’avoir libéré et s’est mis à son service en tant que garde du corps. Il n’a vraiment pas l’air très fin, mais j’ai appris qu’il possède une espèce de pouvoir qui le rend plus que dangereux : il serait un Fils de l’Ombre, un genre de brute doué pour l’assassinat. Il ne quitte plus le Capitaine depuis cette entrevue.

Ensuite est venu le professeur Formosa. Le Capitaine lui a confié un livre et ils ont discuté d’artefacts syrneth. Le professeur a emporté le livre pour l’étudier.

L’ex-amiral Orduno s’est ensuite présenté, suivi du Capitaine de Villetoille. Ce dernier a apparemment discuté avec Edgar avant de venir trouver le Capitaine Mendes. Villetoille a demandé à être débarqué avec ses hommes – le sorcier de marine et un lieutenant – en Montaigne, dès que possible.

La personne suivante était le grand avalonien aux cheveux et à la barbe noire. Sa présence a mis Colomba très mal à l’aise. Il s’agit d’un mage avalonien, mais apparemment il ne suit pas une route très lumineuse. Le Capitaine Mendes a mentionné une amie à elle, membre de la famille Spencer. Elle a aussi parlé de problèmes avec des tempêtes dues au courroux de Maab, la Reine de la Cour Sombre, la Dame des Mers. Cette colère aurait été déclenchée par un Montaginois du nom de Morangias (un compagnon de Mendes ?).
Evidemment, pour notre plus grande chance, Le sorcier noir est un serviteur de Maab…


5 julius 1668, Entour
Nous voilà en vue d’Entour après avoir échappé de peu à une bataille rangée. En logeant la côte montaginoise nous avons été arrêtés par un navire militaire. La routine dans ces eaux frontalières. Edgar a repris momentanément son rôle de Capitaine tandis que les prisonniers étaient dissimulés. Le capitaine de Villetoille n’a pas apprécié et j’ai tenté de lui expliquer la situation et les avantages qu’il avait à rester sage pour le moment. Nous avions pris bien soin de séparer le sorcier de marine de son capitaine. Malgré tout, alors que les marins montaginois abordaient la Nymphe des mers, Mendes et moi avons vu partir un pigeon ensanglanté vers l’autre navire. J’ai attiré l’attention des marins au moment où le pigeon a disparu dans une gerbe de flammes !
Je suis ensuite descendue dans la cale pour aller dire deux mots au sorcier, en prenant bien soin d’emmener avec moi trois marins armés. Je n’ai pas eu le temps de finir ma phrase que le sorcier nous attaquait avec un grand couteau. Malgré une estafilade, j’ai mis le sorcier à terre. Comme il n’avait visiblement pas compris la leçon dans la forteresse, j’ai dû lui expliquer plus ouvertement.
Après cette tentative, j’ai demandé à Willy de s’occuper des autres montaginois. Ligotés et bâillonnés, ils n’ont plus posé de souci.
Pendant ce temps, les douaniers montaginois ont admis que tout était en règle et sont repartis sur leur navire.

Avant de rejoindre la côte, le Capitaine a exécuté sa sentence malgré les protestations de Dame Julianna : les montaginois sont passés sur la planche et doivent très probablement à présent servir de repas aux poissons.

Nous avons été invités par Edgar à aller boire un verre et dîner. Le Capitaine a refusé, mais je crois qu’Edgar s’en doutait et même l’espérait.


6 julius 1668, à bord de la Nymphe des Mers
Tôt dans la matinée, nous avons quitté Entour. Nous voilà en route vers Avalon. Nous allons déposer les prisonniers chacun où il le souhaite.


Nous sommes entrés dans une zone de tempête. Le navire était attiré inexorablement vers un immense passage ressemblant à un gigantesque miroir mouvant. Il y avait une forme sombre, comme un reflet obscur de notre navire. Au moment où nous allions heurter le miroir, une chose surprenante est arrivée : nous sommes passés au travers. Et nous avons vu ce qu’était la forme sombre qui venait à notre rencontre : un brick. Les deux navires se sont traversés comme pourraient le faire des fantômes. Rapidement, la tempête a cessé.
Mais je me suis retrouvée parmi des inconnus débraillés, sur le pont en mauvais état d’un navire qui avait subi un combat et qui arborait le pavillon noir !
Un homme a parlé sur ma gauche : il disait être le Capitaine Mendes… Malgré les apparences, l’intonation et le manque d’assurance m’ont convaincue que d’une façon ou d’une autre c’était la vérité. L’homme dont Edgar avait le contrôle ne pouvait s’empêcher de rire aux éclats de cette situation. Alors que la vigie criait qu’un vaisseau castillan nous poursuivait, j’ai couru jusqu’à la cabine du Capitaine pour chercher ma sœur et dénicher le journal de bord et essayer de comprendre la situation.
J’y ai trouvé ma sœur, qui a été dans l’incapacité d’expliquer la situation : les fils de la destinée ne lui ont été d’aucun secours.
Le journal de bord quant à lui m’a renseigné sur le navire : la Nymphe des Mers ! L’équipage avait pillé la Maribosa, un navire castillan qui emmenait une noble castillanne vers son futur mari. Les pirates avaient emporté le diadème de la mariée et l’avaient laissée pour morte. Avec le journal se trouvait la moitié d’une missive. Dans cette lettre, un petit morceau de métal très brillant en forme de losange très fin.

J’ai dissimulé le diadème dans ma chemise. Je suis ensuite allée retrouver le Capitaine qui paniquait un peu. Je lui ai expliqué ce que j’avais découvert et montré le losange métallique. Aussitôt le professeur Formosa a reconnu qu’il devait s’agir d’une aiguille de boussole, probablement syrneth. Il a affirmé qu’il pourrait nous faire retourner dans notre « monde ».

Le plus pressé étant de se débarrasser de la menace immédiate, le plan a été arrêté : nous devions attendre les poursuivants sans jamais leur offrir d’opportunité de nous couler. L’abordage a eu lieu à la tombée de la nuit. Après un combat acharné sur le brick, Edgar a défait le Capitaine castillan en combat singulier tandis que Mendes repoussait les assauts des marins de son pays.

Notre but n’étant pas de tuer ces soldats qui ne faisaient que leur devoir, nous avons laissé la vie sauve à tous les rescapés. Nous n’avons pas osé essayer de leur expliquer la situation. Cependant, comme nous ne voulions pas qu’ils nous poursuivent à nouveau, nous les avons ligotés. Avant de partir, j’ai fouillé le Second et trouvé sur lui la deuxième partie de la lettre. Le futur époux, c’était lui : Morales de Torres. Je lui ai alors glissé le diadème dans sa veste. J’avais pris soin de l’envelopper dans le Jolly Roger que j’avais défendu lors de l’abordage. Je n’ai pas pu résister à l’envie d’embrasser ce beau et vaillant Second avant de partir. J’avais juste oublié un détail : aux yeux de tous, j’apparaissais sous les traits d’un homme…

Nous sommes repartis sur la Nymphe, en suivant le cap indiqué par Formosa. Il a réussi à reconstituer une boussole avec l’aiguille monté sur un bouchon de liège dans un bol d’eau.
Revenir en haut Aller en bas
 
La Campagne "La Boca Del Diablo / N.O.M" - Nouvelle Ère (3a)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Campagne "La Boca Del Diablo / N.O.M" (6)
» MICHE DE CAMPAGNE EN COCOTTE.
» Campagne Plague
» [Blitzkrieg] clôture de campagne sicilienne
» Campagne Yggdrasill : prologue (4)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TABULA RASA :: Héroïque & Super Héros :: Les Secrets de la Septième Mer-
Sauter vers: